DBM TV

Charlotte Dipanda : elle parle de son voyage en Avion avec Arafat

La belle et gracieuse chanteuse Camerounaise, Charlotte Dipanda évoque Dj Arafat, plusieurs mois après son décès brutal en Août 2019.

La Diva Camerounaise apprend qu’elle a rencontré pour la première fois Dj Arafat lors d’un voyage, dans un vol de Bruxelles, quelques mois seulement avant son décès en Août 2019, «Sur un vol de Bruxelles, lui, Arafat partait au Cameroun et moi au Gabon. C’est ce jour que j’ai découvert l’homme Arafat pour la première fois. Moi qui le connaissait plus sur les clashs», raconte Charlotte qui indique: «Après, j’ai commencé à avoir de grandes conversations philosophiques avec lui dans l’avion. Et je découvrais finalement quelqu’un de vraiment hyper sensible, un homme aimant», laisse t-elle entendre, avant de faire cette confidence: «Dans l’avion, il avait par moments peur, il demandait qu’on lui serve quelque chose. Et à chaque fois que ça bougeait dans le vol, il me tenait par la main», dit-elle avant d’ajouter avec un pincement au cœur: «En tout cas, j’ai eu une expérience humaine très particulière avec lui. Je n’ai pas vraiment eu le temps de vraiment mieux le connaître, dommage. Il nous a quittés quelques mois après, c’est vraiment triste», dit-elle avec regret

 

DBM TV

Ismaël Isaac: Malade,il reçoit la visite du Ministre.Tout savoir sur son état de santé 

Absent depuis un moment de la scène, le reggaeman, Ismaël Isaac avait quelques soucis de santé.
Le Gangaba de Treichville, invisible depuis un moment des radars du show biz, était, en effet, malade.
Préoccupé par l’absence prolongée du reggaeman sur la scène, le ministre de la Promotion de la Jeunesse, Mamadou Touré a rendu visite le week-end dernier à l’artiste chanteur, chez lui à domicile à Yop Niangon, cité Bracodi. Mamadou Touré était venu s’enquérir de l’état de santé de Ismo.

Le staff de l’artiste a bien voulu nous en dire un peu plus sur la santé du Gangaba : «Ismo était souffrant effectivement, ce qui explique qu’on ne le voyait pas sur la scène. Dieu merci, aujourd’hui ça va, il se porte mieux. Le Ministre lui a également rendu visite le week-end », fait savoir la Team du chanteur reggae, qui assure les fans : «L’artiste est pour le moment en convalescence, il va reprendre bientôt les activités. On avait bloqué la promo du nouvel album compte tenu de son état de santé. On reprend la promotion, dès qu’il est totalement opérationnel», a indiqué sur le manager du Gangaba.

 

DBM TV

Master Class by HKS: L’essentiel à retenir pour tous les producteurs d’artistes

“Peut on gagner sa vie avec la musique” en investissant dans l’industrie musicale en tant que producteur, plusieurs personnes se posent cette question et n’arrivent toujours pas à avoir la bonne réponse. La Master Class by HKS initiée par HOUNGBEME Kodjo Sèna( PDG de Nouvelle Donne Music et de Digital Black Music DBM TV la chaîne panafricaine et internationale à thématique musicale) est venu à point nommé répondre à cette interrogation par un grand OUI bien justifié pour dissiper le doute des jeunes voulant s’adonner à la production. 

Dans l’industrie musicale, la production est un pan primordial dans la chaîne et toute personne aspirant à monter une boîte de production doit:

– Trouver un nom pour son label selon ses aspirations

– S’autoformer en lisant les livres ayant rapport à la production musicale tels que “Auto produire son disque”, “Le Producteur de disques”…

– Veillez à faire le dépôt de marque en déposant le nom de votre maison de production auprès de l’INPI(Institut National de la Propriété Intellectuelle) pour la légaliser afin qu’elle ne soit pas volée plus tard par une tierce personne.

– Veiller au début à la forme juridique en créant une micro-entreprise au début pour ne pas s’essouffler et évoluer petit à petit.

– Choisir un artiste inconnu mais talentueux et passer à l’étape d’enregistrement, mix,mastering, visuel et réalisation de clip vidéo avec lui.

– Veillez à ce que les droits d’auteur soient partagés entre les auteur, compositeur et éditeur.

– Le digital au service de la musique : outil indispensable pour le streaming sur les plates formes légales de musique. A par être présent sur les médias sociaux, il est important de vendre sa musique en ligne car les grosses boîtes ne signent plus les coups de cœur mais ils se basent sur les statistiques et sur la popularité de l’artiste

– Si votre maison de production signe un artiste déjà connu, ce dernier peut vous réclamer à une avance à payer plus tard avant de commencer par toucher ses royalties. Vaut mieux lui échelonner cette avance sur plusieurs mois pour ne pas qu’il dépense tout d’un seul coup.

– Avance récupérable : si vous signez un artiste, vous le mettez à l’aise financièrement avec une somme d’argent répartie sur plusieurs mois et quand ses oeuvres commencent par marcher, vous reprenez vos sous au fur et à mesure: ça s’appelle une avance récupérable et dès lors que vous avez tout récupéré, l’artiste peut commencer par toucher ses royalties.

– Avance remboursable : le même principe est mis en branle et si l’artiste décide de rompre le contrat ou n’est pas du tout rentable alors que l’avance perçue au départ n’est pas encore récupéré par la maison de production, il est obligé à sortir les sous de sa poche pour rembourser son dû avant d’être totalement libre.

– Les abattements : en tant que producteur, vous dépensez au début dans la promo, les clip vidéos et l’artiste participe au payement plus tard en acceptant un abattement de 25 à 50% sur ses revenus. Afin de protéger les deux parties, il faut prévoir une clause qui dit que l’abbatement sera allié aux conditions que le producteur obtiendra dans le cadre du contrat de licence.

-Le contrat de licence: vous l’octroyez à une maison de disques voulant exploiter les productions de vos artistes. Vous prenez donc une avance chez un major qui vous aide à financer la promo, les clips et tout…Vous gagnez en pourcentage selon les paliers de vente jusqu’à 50.000 ventes mais vous gagnez tout au plus 25%.

– Le Producteur indépendant détient les droits sur l’édition. Vous pouvez donc penser à la en co-édition avec les grosses structures de distribution. C’est l’éditeur qui cède la moitié de ces droits d’édition tout en négociant une avance conséquente.

-Le contrat de distribution: trouver un distributeur qui va distribuer vos œuvres en physique et en digital. Le distributeur place juste vos produits, vous assurez vous même la promo à fond(communication, marketing…). Dans ce cas, vous avez 60 à 80% et le distributeur a entre 20 et 40%.

– Le contrat d’artiste Services: ici en plus de la distribution, vous avez des avances pour toute la promotion dès que vous ramenez le master du projet à la maison de disques.

Tous les producteurs indépendants ont besoin de comprendre de bout en bout toutes ces notions ci dessus à retrouver sur la page Facebook Houngbeme Kodjo Sena – HKS pour mieux agir et interagir dans l’industrie musicale d’ici et d’ailleurs.

J.S.L

DBM TV

Master Class By HKS: voici l’essentiel à retenir par les artistes africains

Les acteurs culturels de l’industrie musicale africaine sont désormais mieux outillés, grâce à la Master Class by HKS, en ce qui concerne les pièges à éviter et les étapes à franchir pour rendre leur musique performante et rentable. Démarrée depuis mi-juin et répartie en 13 épisodes, la Master Class by HKS initiée par HOUNGBEME Kodjo Sèna ( PDG de Nouvelle Donne Music et de Digital Black Music DBM TV la Chaîne de Télévision Panafricaine et Internationale à thématique musicale) a abordé plusieurs aspects de l’industrie musicale tournant autour d’une question primordiale: “Peut on gagner sa vie avec la musique”

Un artiste indépendant en autoproduction a le devoir de :
– Produire des œuvres musicales de qualité respectant les normes requises (enregistrement, mix, mastering).
– Réunir les moyens de bord pour avoir un home studio histoire de mieux peaufiner son travail.
– Être entouré au minimum d’un staff pour ne pas tout faire à la fois.
– Travailler sur son branding en soignant au max son image sur ses différents médias sociaux.
– Privilégier le digital en positionnant ses chansons sur les plates formes légales de streaming recommandées
– Savoir que les droits d’auteur sont à répartir entre les auteur, compositeur et éditeur.

Au cas où vous êtes touché par des majors qui vous proposent une signature de contrat, veuillez à:
– avoir un conseiller juridique ou un avocat spécialisé dans l’industrie musicale pour vous analyser chaque clause pour vous éviter des pièges probables
– S’assurer d’avoir bien compris les droits et devoirs de chaque partie, la durée du contrat, les royalties ou taux de redevance, l’avance(si l’artiste est déjà connu), les abattements, la définition du territoire d’exploitation des œuvres…avant de signer le contrat.
– Demander à gérer soi-même les droits voisins pour mieux en profiter
– Mieux comprendre les notions d’avance récupérable, avance remboursable, les abattements…

Tous les artistes indépendants ou sous contrat ont besoin de comprendre de bout en bout toutes ces notions ci dessus à retrouver sur la page Facebook Houngbeme Kodjo Sena – HKS👉🏾 https://www.facebook.com/profile.php?id=100063756722851 pour mieux agir et interagir dans l’industrie musicale africaine.

J.S.L