DBM TV

Deuil: Le célèbre écrivain Isaïe Biton Coulibaly n’est plus

Mauvaise nouvelle pour le monde Littéraire Africain.

L’auteur des œuvres célèbres de la littérature africaine: «La légende de Sadjo », « le domestique du président », « Ah les femmes », le brillant écrivain ivoirien, Isaïe Biton Coulibaly a tiré sa révérence ce jour.

L’homme passionné des lettres a quitté le monde des vivants la matinée du mercredi 10 Novembre 2021, dans sa 74e année.

Isaïe Biton Coulibaly, de son vivant, a obtenu le Prix Nyonda pour son roman « Merci l’artiste ». En 2008 avec ‘’Et pourtant, elle pleurait’’, puis le  Prix « Yambo Ouelogueum »

Grand amoureux des lettres, Isaie Biton a siégé pendant une trentaine d’années au service littéraire des Nouvelles Editions Ivoiriennes (NEI).

 L’homme des Lettres avait pris sa retraite en 2015.

DBM TV

RDC: 2 chansons critiquant Le Président Tshisekedi formellement interdites au Congo

Deux chansons à polémique sont sous le coup d’une grosse sanction en ce moment en RDC. Il s’agit des titres : «Nini tosali te» du groupe musical MPR et «Lettre à Ya Tshitshi» du chanteur Congolais: Bob Elvis.

Ces deux titres jugés très critiques vis-à-vis de l’homme fort du Pouvoir Congolais, Felix Tshisekedi, sont formellement interdites de diffusion sur toutes les chaines télés, radios et écrans géants, en ce moment en RDC.

Le titre «Nini tosali te» critique Le Président Tshisekedi en ces termes:  “Vous nous aviez promis le bonheur après le départ de Mobutu. Mobutu est parti mais on a rien vu. Vous nous avez dit que tout va s’arranger si Kabila quittait le pouvoir. Kabila est parti mais c’est toujours compliqué, malgré le changement (de régime) dans le pays ».

La second titre censuré : «Lettre à Ya Tshitshi» interpelle également Le Chef de l’Exécutif Congolais«Depuis que tu es parti, ton fils Félix est devenu président. Les députés sont de plus en plus inconscients. Ton fils multiplie des promesses sans les tenir au lieu d’exceller dans des actes».

Il faut noter que cette décision de censure a été prise par la Commission nationale de censure en RDC