DBM TV

Master Class by HKS: L’essentiel à retenir pour tous les producteurs d’artistes

“Peut on gagner sa vie avec la musique” en investissant dans l’industrie musicale en tant que producteur, plusieurs personnes se posent cette question et n’arrivent toujours pas à avoir la bonne réponse. La Master Class by HKS initiée par HOUNGBEME Kodjo Sèna( PDG de Nouvelle Donne Music et de Digital Black Music DBM TV la chaîne panafricaine et internationale à thématique musicale) est venu à point nommé répondre à cette interrogation par un grand OUI bien justifié pour dissiper le doute des jeunes voulant s’adonner à la production. 

Dans l’industrie musicale, la production est un pan primordial dans la chaîne et toute personne aspirant à monter une boîte de production doit:

– Trouver un nom pour son label selon ses aspirations

– S’autoformer en lisant les livres ayant rapport à la production musicale tels que “Auto produire son disque”, “Le Producteur de disques”…

– Veillez à faire le dépôt de marque en déposant le nom de votre maison de production auprès de l’INPI(Institut National de la Propriété Intellectuelle) pour la légaliser afin qu’elle ne soit pas volée plus tard par une tierce personne.

– Veiller au début à la forme juridique en créant une micro-entreprise au début pour ne pas s’essouffler et évoluer petit à petit.

– Choisir un artiste inconnu mais talentueux et passer à l’étape d’enregistrement, mix,mastering, visuel et réalisation de clip vidéo avec lui.

– Veillez à ce que les droits d’auteur soient partagés entre les auteur, compositeur et éditeur.

– Le digital au service de la musique : outil indispensable pour le streaming sur les plates formes légales de musique. A par être présent sur les médias sociaux, il est important de vendre sa musique en ligne car les grosses boîtes ne signent plus les coups de cœur mais ils se basent sur les statistiques et sur la popularité de l’artiste

– Si votre maison de production signe un artiste déjà connu, ce dernier peut vous réclamer à une avance à payer plus tard avant de commencer par toucher ses royalties. Vaut mieux lui échelonner cette avance sur plusieurs mois pour ne pas qu’il dépense tout d’un seul coup.

– Avance récupérable : si vous signez un artiste, vous le mettez à l’aise financièrement avec une somme d’argent répartie sur plusieurs mois et quand ses oeuvres commencent par marcher, vous reprenez vos sous au fur et à mesure: ça s’appelle une avance récupérable et dès lors que vous avez tout récupéré, l’artiste peut commencer par toucher ses royalties.

– Avance remboursable : le même principe est mis en branle et si l’artiste décide de rompre le contrat ou n’est pas du tout rentable alors que l’avance perçue au départ n’est pas encore récupéré par la maison de production, il est obligé à sortir les sous de sa poche pour rembourser son dû avant d’être totalement libre.

– Les abattements : en tant que producteur, vous dépensez au début dans la promo, les clip vidéos et l’artiste participe au payement plus tard en acceptant un abattement de 25 à 50% sur ses revenus. Afin de protéger les deux parties, il faut prévoir une clause qui dit que l’abbatement sera allié aux conditions que le producteur obtiendra dans le cadre du contrat de licence.

-Le contrat de licence: vous l’octroyez à une maison de disques voulant exploiter les productions de vos artistes. Vous prenez donc une avance chez un major qui vous aide à financer la promo, les clips et tout…Vous gagnez en pourcentage selon les paliers de vente jusqu’à 50.000 ventes mais vous gagnez tout au plus 25%.

– Le Producteur indépendant détient les droits sur l’édition. Vous pouvez donc penser à la en co-édition avec les grosses structures de distribution. C’est l’éditeur qui cède la moitié de ces droits d’édition tout en négociant une avance conséquente.

-Le contrat de distribution: trouver un distributeur qui va distribuer vos œuvres en physique et en digital. Le distributeur place juste vos produits, vous assurez vous même la promo à fond(communication, marketing…). Dans ce cas, vous avez 60 à 80% et le distributeur a entre 20 et 40%.

– Le contrat d’artiste Services: ici en plus de la distribution, vous avez des avances pour toute la promotion dès que vous ramenez le master du projet à la maison de disques.

Tous les producteurs indépendants ont besoin de comprendre de bout en bout toutes ces notions ci dessus à retrouver sur la page Facebook Houngbeme Kodjo Sena – HKS pour mieux agir et interagir dans l’industrie musicale d’ici et d’ailleurs.

J.S.L

Partagez
Catégorie Actualités News

1 Comments

  1. avatar
    Akou GBLONAKOU
    5:08 - juillet 9, 2021

    Vraiment je suis touché par cette expérience de mon frère qui m’inspire déjà à s’engager pour cet aventure

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *